Mon blog

lundi 1 août 2016

BIBRACTE.

Par cette belle journée d'été, je vous fais partager dans cet article, ma visite à Bibracte, toute fraîche, plus qu'elle date d'hier.

Bibracte, c'est un site historique de l'antiquité, qui abrite les vestiges du plus grand oppidum celte gaulois du peuple des Eduens, ainsi qu'un musée magnifique, avec les découvertes faites sur le périmètre.
Bibracte est situé sur le superbe site du Mont-Beuvray, sur la commune de Saint-léger-sous-Beuvray, en Saône-et-Loire (71), en plein cœur du Morvan.


En arrivant ...


Après avoir garé les voitures, première surprise, tous les parkings sont pleins !!! J'étais loin de me douter que cet endroit avait autant de succès ! Comme quoi, l'histoire draine encore un peu de monde.
Après un déjeuner bien apprécié, nous prenons la navette gratuite, qui nous montes jusqu'en limite des remparts intérieurs et extérieurs, ils se rejoignent à ce niveau de l'oppidum. Et oui, il y avait une autre ceinture de rempart bien plus large et qui englobait une surface assez grande, au total 5,2 km de rempart en pierre.


En descendant de la navette, nous trouvons un petit plan topographique de l'oppidum.

Nous sommes à l'endroit ou se terminait les remparts intérieurs, au plus haut en altitude. Un petit monument nous attends :


Hommage à l'homme qui a découvert Bibracte, Georges Bulliot.




Un plan de l'oppidum.



Bien entendu, cette ville gauloise était bâtie de façon à dominer les environs, on comprend mieux en voyant les photos suivantes, que les habitants de Bibracte à l'époque, voyaient venir de loin une probable invasion. 


D'ici, on peut voir les villes suivantes, Chalon-sur-Saône, Mâcon, Gueugnon ...


Lyon, Digoin, Autun ...


Même le Mont-Blanc par temps clair.

Petit arrêt à la chapelle Saint-Martin, qui se trouve au même niveau :


A chaque vestige, nous trouvons ce genre de panneaux explicatifs.





Après avoir admirer ces vues magnifiques, nous attaquons la descente, en direction de la porte de l'oppidum. Au fil de cette descente à travers des chemins boisés ou à découvert (plusieurs choix possible), nous allons découvrir les vestiges à ce jour, trouvés et, mis à jour pour les visiteurs.


Première trouvaille sur notre route, une maison aristocratique gallo romaine.




Ici, les délimitations de l'habitation, avec les différentes pièces.


L'habitation couvrait une surface de 3800 mètre carré.



Ce qu'était cet ensemble à l'époque.

Cet édifice avait vu le jour après la conquête de Bibracte par les romains. Ces derniers se mirent à bâtir à Bibracte suivant leurs plans et leurs ingénieries.

On dit que certains notables Celtes de Bibracte furent fait citoyens de Rome à ce moment là.








Je décide de rentrer à l'intérieur de la petite maison au toit de chaume, j'y découvre quelques lithographies accrochées au mur :



Décidemment, ils sont partout ceux là ... lol


On apprend ici, que cette petit maison servait à l'époque de la découverte de la domus, de gîte au chercheurs.


Après la visite de la domus, nous continuons notre marche et arrivons peu de temps après au parc à chevaux :








Il faut savoir que sur ce site de Bibracte, les recherches sont perpétuelles, à tout endroit, on distingue de nouvelles zones déboisés, de nouveaux piquetages, et autres balisages qui annoncent de prochaine découvertes pour la capitale des Eduens !

Voici maintenant la cave en bois, le bois était un matériau très très utilisé à cette époque, chaque essence de bois avaient une utilité bien précise.








Nous continuons notre marche visite, sur ces terres bénies foulées par nos glorieux ancêtres, les gaulois.
Puis, après quelques centaines de mètres, je me trouve non loin d'un petit groupe de visiteurs, formant un demi cercle autour d'un guide, qui leurs explique des choses très intéressantes ...
Nous n'avons pas choisis la formule " visite guidée ", car le tarif n'est pas tout à fait le même.
Mais qu'importe, le guide m'apprend donc, que face à moi en contrebas de ce terrain vaste, les Celtes de Bibracte avaient à leurs dispositions une mine d'or et de cuivre. Peut être la raison de la construction de cet oppidum à cet endroit là. Effectivement, il a été trouvé de très nombreux objets en or sur le site. Mais il y avait également de l'argent. Bibracte et ses habitants étaient donc fort riche.
Certains historiens n'hésite pas à avancer que les empereurs romains qui se sont succéder, ont envahis la Gaule, bien motivé par la possibilité de s'enrichir à outrance afin de financer leurs rêve de grandeur.








La descente touche pratiquement à sa fin, puisque nous arrivons devant la grande porte de l'oppidum, début des remparts intérieurs de la cité : La porte du Rebout.










Ensuite, petite explication sur les remparts extérieurs :







Voilà, depuis le début de notre marche de la chapelle Saint-Martin, nous avons fait que descendre, pour finir au pieds de l'emplacement du début des remparts extérieurs. L'oppidum faisant une boucle, il y a donc une moitié complète que nous n'avons vue. Ca sera pour une prochaine fois, c'est sur.

Tout à fait en bas, nous arrivons en vu du musée ...



Nous terminons donc par la visite de celui ci :


L'entrée ...

J'ai pris des photos de certains objets de la vie de tous les jours à Bibracte. Des dioramas, des armes et de casques, et bien d'autres choses encore, je vous laisse les découvrir ici :


Les restes d'un bouclier.


Diorama d'une ferme gauloise de Bibracte.



Outils fermiers.



Diorama d'une mine Celte.



Maquette en bois d'une porte d'oppidum.


Epée ...


Casque celte.



Monnaies celte et romaine



Amphore.


Diorama d'un atelier de forgeron.




Pour finir, sachez que dans cet oppidum de Bibracte, la population au plus fort était d'environ 10 000 personnes. 
La population à l'époque se mesurait en nombre de feux. A Bibracte, on comptabilisait plus de 1200 feux, ce qui correspondait à peu prêt à 10 000 habitants.

En conclusion, si vous passez dans le coin, ne vous privez pas d'aller voir Bibracte, ça mérite d'être fait une fois !



3 commentaires:

  1. Merci pour ce petit reportage , tres instructif en tout cas .voltigeur.

    RépondreSupprimer
  2. Salut Steph, je t'en prie, ravi que ça t'ait plu.

    RépondreSupprimer